La noyade sèche

Si certains risques qu’on peut trouver l’été sont de plus en plus connus par tous comme les noyades ou les insolations, un reste assez méconnu : la noyade « sèche ».

Si le terme de noyade « sèche » peut sembler contradictoire, le risque est bien réel. Là où une noyade dite « humide » est dû à une pénétration d’eau dans les poumons entrainant une incapacité à respirer s’en suivant un arrêt cardiaque sur un temps assez court, la noyade dite « sèche » peut se produire jusqu’à 72 heures après une baignade.

Bien que la noyade sèche reste rare, elle survient majoritairement sur les enfants après avoir « bu la tasse ». L’infime quantité d’eau ingérée vient parfois inonder les poumons pouvant causer une noyade dite « sèche » ou « secondaire » quelques heures après une noyade évitée. Attention cependant. Boire la tasse arrive fréquemment et ne conduit pas toujours à une noyade « sèche ». En toussant un peu on arrive en général à expulser l’eau.

Dans tous les cas, après une baignade, certains symptômes doivent alerter :

  • – une fatigue extrême
  • – un teint grisâtre
  • – une humeur bouleversée
  • – des bulles sortant de la bouche
  • – des difficultés à respirer

Ces signes peuvent être dus à un manque d’oxygène dans le cerveau. Au moindre doute, n’hésitez pas à contacter votre médecin ou bien de demander un avis médical au SAMU (numéro 15 puis touche 1 pour demander un avis médical).

Dans le cas général, il est largement recommandé de ne jamais laisser un enfant sans surveillance dans ou près de l’eau. Il suffit de 30 secondes pour qu’une noyade intervienne de façon inaperçue.